Guide d’utilisation d’Antidote 10

Guide d’utilisation / Le correcteur / Le volet Style / Lisibilité

Lisibilité

La lisibilité d’un texte est considérée comme optimale quand sa lecture est fluide et que son contenu est facilement compris du lectorat visé. Elle se mesure à partir de divers éléments textuels, notamment la longueur des mots et des phrases, ainsi que l’accessibilité du vocabulaire employé. Antidote liste pour vous les éléments du texte qui pourraient nuire à sa lisibilité, que vous voudrez probablement examiner de plus près.

Indices de lisibilité

Le calcul de la lisibilité s’effectue à partir d’éléments textuels dont la nature et la pondération varient selon la formule utilisée. Antidote affiche dans la liste des détections son propre indice, résultat d’une formule inédite, ainsi que ceux les plus souvent consultés : Flesch, Flesch-Kincaid, Gunning fog et Coleman-Liau. Pour en savoir davantage, cliquez sur le « ¡ » qui s’affiche à droite du titre de la section au survol de la souris.

Phrases longues

Les phrases trop longues risquent d’égarer ou de retarder votre lecteur. Le cas échéant, utilisez les points ou les points-virgules et segmentez vos idées. Attention toutefois à ne pas introduire de répétitions inutiles !

  • Le décompte des mots n’inclut pas la ponctuation.
  • Fixez le seuil, en nombre de mots, à compter duquel le correcteur considèrera une phrase comme longue. Ce seuil peut varier selon votre style ou la nature du texte.
  • Dans la liste des détections, les phrases sont affichées par ordre d’apparition. Si vous désirez traiter en priorité les phrases les plus longues, cochez l’option Trier par longueur.

Cascades de compléments

Trop de compléments successifs enchâssés peuvent nuire à la fluidité et à la compréhension. Le correcteur cible les phrases pour lesquelles une reformulation avec moins d’enchâssements semble souhaitable. Pour un traitement plus efficace, les prépositions et conjonctions qui introduisent ces compléments sont mises en évidence.

Mots longs

La présence de mots longs dans un texte pourrait nuire à sa lisibilité, surtout si la longueur est combinée à une basse fréquence du mot dans l’usage et à un nombre plus élevé de syllabes. On veillera à ne pas les multiplier inutilement, particulièrement dans un texte destiné à être lu à haute voix, où une concentration de mots longs risquerait de provoquer un faux pas !

  • Un glissoir permet l’affichage de tous les mots longs ou des cas les plus saillants selon la fréquence et le nombre de syllabes.

Mots rares

Certains mots peu communs peuvent gêner la compréhension. Ce sont, par exemple, des mots très techniques, des néologismes, ou encore des termes tombés en désuétude. Le filtre des mots rares révèle tous ces mots que l’on ne rencontre pas fréquemment, vous invitant à les réviser rapidement en fonction de votre lectorat. Au besoin, remplacez-les par un synonyme plus courant en vous aidant de l’option Synonymes de « mot » du menu contextuel (clic droit).

  • Un glissoir permet l’affichage de tous les mots rares ou des cas les plus saillants selon la fréquence d’usage.

Expressions étrangères

Certaines expressions provenant de langues étrangères sont bien implantées dans la langue courante (ex. : curriculum vitæ), mais d’autres, moins communes, pourraient nuire à la bonne compréhension du texte. Assurez-vous qu’elles sont utilisées à bon escient et adaptées au lectorat visé. Au besoin, remplacez-les par un synonyme plus courant en vous aidant de l’option Synonymes de « mot » du menu contextuel (clic droit).

Mots inconnus

La classe des mots inconnus révèle tous les termes qui ne figurent pas aux dictionnaires d’Antidote. S’ils sont également inconnus de vos lecteurs, ces mots pourraient compromettre la compréhension des passages qui les contiennent. Vous voudrez peut-être en préciser le sens, ou les remplacer par un synonyme plus courant en vous aidant de l’option Synonymes de « mot » du menu contextuel (clic droit).

  • Les mots inconnus sont également regroupés dans la liste des détections (panneau droit) du volet Langue de la correction.

Abréviations

Les abréviations allègent le texte en réduisant la longueur de mots fréquents ; les sigles évitent la répétition d’expressions complexes, contribuant ainsi à une meilleure lisibilité. Pour assurer une compréhension optimale, on doit par contre définir les sigles lors de leur première utilisation, même s’ils semblent très courants. Vérifiez que cette consigne a été suivie dans le texte en correction.

  • Cette classe ne relève pas les abréviations qui correspondent à des titres de civilité, tels que M., Mme, etc.